Impressions sur la Mentor 4

Impressions sur la Mentor 4

Previous Post

Dans le monde du parapente, on connaît tous les différentes catégories de voile et ce qui en découle. Mais parmi elles, une catégorie règne : les EN-B « high ».
Une manière pour beaucoup de pilotes de se dire qu’on n’est pas sous une voile-école (faut pas déconner !), mais avec presque la même sécurité passive et quasiment des perfs de VNH. Non non j’exagère pas ;).

Bref cette catégorie c’est les voiles EN-B, et si il y a une voile à l’origine de celle-ci et qui a beaucoup fait parler d’elle c’est bien la Mentor 2 !

Le but de ce test est de vous donner mes impressions sur la Mentor 4, après avoir eu la Mentor 1, testé la 2 et possédé des Ions 2, 2 light et 3.

Inspection de la voile

Changement de design Nova, on aime ou on n’aime pas. En tout cas c’est assez sobre. Tout est bien assemblé (heureusement), les suspentes n’ont pas l’air de casser quand on tire un peu dessus. Plutôt encourageant ;).

Gonflage

Comme beaucoup de voiles récentes RAS ici. On peut noter quand même qu’elle monte facilement par vent faible, comme la Ion 2 light grâce aux matériaux plus légers. C’est assez agréable. Pas de dépassement intempestif non plus.

En l’air

C’est là que tout change. Comparé aux Ions et à la Mentor 1, le changement de finesse est incroyable. Ca fait bizarre à l’atterro.
La voile est à peine plus vive aux commandes qu’une Ion, mais elle bouge plus. Dans les turbulences c’est moins confortable qu’une Ion très amortie, mais ça informe mieux du coup. Sinon les sensations sont vraiment similaires (dureté aux commandes, virage, …). On retrouve ce côté sympa de la Ion 2 Light avec des claquements plus soft que sur la version non light.
En terme d’accessibilité je dirais que c’est entre la Mentor 2 particulièrement vive et la 3 qui était plus assagie. Par rapport à une Ion 3 c’est un petit cran au-dessus. Je pense qu’un pilote qui maîtrise bien sa Ion n’aura aucun souci sous cette Mentor.
Un bon compromis pour ma part et j’arrive à avoir un vol confortable sans trop me préoccuper à 200% de placer mes mains au millimètre tout en profitant de bonnes perfs et c’est peut-être là le meilleur atout de cette voile : un rapport sécurité/performance exceptionnel.
Un point à noter est que la voile est rapide. Je ne suis qu’en milieu de fourchette et pourtant je dépasse des EN-C comme l’Artik 3 (pas un avion de chasse il est vrai). Par rapport à un pote en LC Goose je suis au même niveau (ce qui est assez impressionnant, car sa voile est donnée pour 42km/h, mais il est aussi plus léger que moi).
Au niveau de la pénétration dans le vent, j’étais assez content de la Ion sur ce point (comparé avec une EN-A qui se fait scotcher facilement), mais là c’est un cran au-dessus.

Note sur les fourchettes de poids

J’ai un PTV de 90kg, et la voile est en taille M 90-110. J’ai eu une Ion 2 en 80-100, la Ion 2 light en 90-110 et la Ion 3 en 80-100.
En milieu de fourchette la Mentor 3 réagit bien. J’ai testé avec un peu de poids et je dirais que le meilleur feeling subjectif est autour de 95kg.

Conclusion

C’est une voile à tout faire, du vol plaisir au cross en passant par la rando (surtout du cross !)
Un super compromis performances/sécu/poids.

Et quelques photos (cliquez pour agrandir) :

IMG_0232

Démêlage 3 lignes

DCIM100GOPROGOPR0180.

Au sol

DCIM100GOPROGOPR0178.

En vol